« Savoir+savant »

LE RÔLE SOCIAL DE L'HISTORIEN (O. Dumoulin)

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 995 mots

Ne sont reprises qu'en conclusion quelques-unes des figures, comme celle de l'auteur, qui contestent à la fois la figure de l'expert et celle du savant. […] Lire la suite

GASSENDI PIERRE GASSEND dit (1592-1655)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 1 061 mots

Savant et philosophe français, né près de Digne, reçu docteur en théologie en 1614 à Avignon, Gassendi est ordonné prêtre en 1616 et enseigne la philosophie à l'université d'Aix-en-Provence de 1617 à 1623. Il y fait des observations astronomiques détaillées, se déclare partisan de Copernic et entre en correspondance avec Galilée. Il partage ensuite son temps entre Digne, où il est depuis 1626 prévôt de la cathédrale, et Paris, où il se lie d'amitié avec le monde savant et où il enseigne les mathématiques au Collège royal de 1645 à 1648. […] Lire la suite

THIBAUDET ALBERT (1874-1936)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 408 mots

Elle avait pourtant le grand mérite d'associer le savoir et le goût : c'est la critique d'un savant, ou d'un professeur, et d'un écrivain tout à la fois ; depuis lors, le fossé n'a cessé de se creuser entre ces diverses écritures. […] Lire la suite

BARDADRAC (G. Genette) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 921 mots
  •  • 1 média

Il existe bel et bien un Genette maître d'école, doté d'une rigueur qui est la marque du vrai savoir et de l'exigence de la recherche. La fermeté du poéticien s'accompagne cependant d'une vision allègre, avec toujours un sourire en coin et une pensée de derrière qui rappellent volontiers le double patronage de Borges et de Valéry, figures tutélaires d'une pensée où le sérieux et la précision sont les masques – mais aussi bien les marques – d'une ouverture d'esprit, d'un autre du discours savant dans son écriture même. […] Lire la suite

DISCOURS DE LA MÉTHODE, René Descartes - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 003 mots
  •  • 1 média

Descartes décide alors de livrer un texte plus ancien, la Dioptrique (partie de l'optique), où il établit la loi de la réfraction ; d'y ajouter un échantillon du Monde, les Météores ; de donner une Préface qui souligne l'essentiel à ses yeux : l'apport de méthode, dont la généralisation permettrait selon lui de grands progrès dans tous les domaines du savoir. […] Lire la suite

PROUST EST UNE FICTION (F. Bon) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 991 mots

Aucune désinvolture cependant dans cette façon de traiter librement celui qui fut sans doute l’écrivain majeur du xxe siècle, car le propos écarte d’emblée le commentaire savant ou journalistique. « Littéralement et dans tous les sens » François Bon surgit, comme il nous y a habitués depuis trente ans, là où on ne l’attend pas. Il pratique une écriture au cœur de son sujet, pour le circonscrire par touches successives. […] Lire la suite

ENCYCLOPÉDIE PHILOSOPHIQUE UNIVERSELLE (ouvrage collectif) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 023 mots

La conception de l'ouvrage savant prend ici toute sa dimension : il ne s'agit plus – ou pas seulement – d'aller à la recherche d'une définition ; la densité de chacun des textes et la multiplicité des pistes ouvertes par le système de renvois transforment le lecteur en « homme du possible ». Chacun sortira plus savant de sa lecture – mais il saura surtout le chemin qui lui reste à accomplir, et que rien ne remplace la fréquentation des textes. […] Lire la suite

DUROSELLE JEAN-BAPTISTE (1917-1994)

  • Écrit par 
  • René GIRAULT
  •  • 793 mots

Nourri d'une vaste culture classique, doué d'une prodigieuse mémoire qui faisait l'admiration de tous, Jean-Baptiste Duroselle avait retenu comme règle d'action du bon historien une pensée de Pascal qu'il citait volontiers : “Il est bien plus beau de savoir quelque chose de tout que de savoir tout d'une chose ; cette universalité est la plus belle. […] Lire la suite

FONDATION DE L'ACADÉMIE DES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Simone MAZAURIC
  •  • 1 563 mots

Les progrès du savoir Dans tous les champs du savoir, dès le xvie siècle et surtout au début du xviie siècle, on voit se multiplier, dans la plupart des pays d’Europe occidentale, les « découvertes » (liées aux noms de Kepler, Vésale, Harvey, Galilée, Descartes, Pascal, Huygens…) et s’inventer de nouvelles méthodes d’exploration de la nature, au premier rang desquelles figurent l’observation et l’expérience, en lieu et place du « commentaire érudit ». […] Lire la suite

HUYGENS CHRISTIAAN (1629-1695)

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 2 197 mots

Il avait trop mesuré la fragilité des systèmes pour ne pas donner la préférence à ce qui permet d'assurer au savoir des bases positives et concrètes, et c'est sans doute pourquoi la sélection de ses principes, particulièrement ceux auxquels l'avenir a donné les noms de relativité et de conservation de l'énergie, a traversé le temps. C'est certainement aussi la raison pour laquelle le savant a pris tout en lui, empêchant peut-être l'achèvement de l'homme, mais léguant à l'humanité mieux qu'une mémoire personnelle : une contribution positive à la démarche de son savoir. […] Lire la suite

ENSEIGNER LE CHRISTIANISME, Augustin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 1 194 mots

Par « doctrine », il signifie le savoir théorique, la quête du savant, mais aussi l'ensemble des connaissances acquises, puis transmises, en suivant des règles. Enseigner le christianisme est ainsi, en un sens, la dernière des rhétoriques classiques, où est rassemblée la quintessence des règles cicéroniennes du discours, et la première des rhétoriques sacrées, où la tradition antique de l'enseignement oral est incorporée à l'inspiration de Dieu. […] Lire la suite

GONSETH FERDINAND (1890-1975)

  • Écrit par 
  • Anne-Françoise SCHMID
  •  • 834 mots

C'est là l'option fondamentale de l'idonéisme de Gonseth : l'ouverture à l'expérience ; en d'autres termes, le savant et le philosophe sont véritablement engagés dans leur recherche. Le mouvement de toute recherche comporte quatre phases : le savoir préalable (on ne part jamais d'un degré zéro de la connaissance, il n'y a pas de référentiel premier ni définitif) : l'apparition d'un fait nouveau inexplicable par ce savoir ; la formulation d'hypothèses propres à intégrer ce fait à la théorie ; la mise à l'épreuve de ces hypothèses, qui conduit à une révision du savoir de départ. […] Lire la suite

GRALL XAVIER (1930-1981)

  • Écrit par 
  • André LAUDE
  •  • 428 mots

Il est rugueux, populaire et savant à la fois. Tout au long de son œuvre, il se sera tenu aux côtés des pauvres, des humiliés, des offensés, avec Lamennais contre tous les « Napoléon » gominés de la planète. […] Lire la suite

BRAHMAN & BRĀHMANE

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 988 mots

Son détenteur n'est pas, au cours des cérémonies les plus anciennes auxquelles il participe, un prêtre agissant, mais un observateur silencieux, un connaisseur des rites qui intervient avec son savoir pour corriger les manquements éventuels. Énoncé, le bráhman a fréquemment la forme d'une énigme, mais ce qui en fait la valeur est le savoir qui la résout. […] Lire la suite

NEUTRALITÉ AXIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Isabelle KALINOWSKI
  •  • 1 327 mots

Loin de prôner une quelconque neutralité politique du savant, Max Weber (1864-1920) songea toute sa vie à délaisser sa carrière scientifique pour briguer des positions de responsabilité publique ; il fut l'un des universitaires allemands les plus prompts à exposer ses vues politiques dans la presse (avec une moyenne de six interventions par an entre 1915 et 1920) ; enfin, il participa à la fondation d'un parti, le D. […] Lire la suite

GRIMAL PIERRE (1912-1996)

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 812 mots

Il réalisait simultanément une triple vocation de savant, de penseur, d'enseignant. Le savant avait été formé à l'École de Rome, où il avait développé une formation archéologique et historique qui s'épanouit sous la direction de deux grands maîtres : Jean Bayet et Jérôme Carcopino, à qui il devait plus tard consacrer un livre. Il acquit ainsi une compétence d'historien, mais elle ne se sépara jamais chez lui de l'intérêt pour les textes. […] Lire la suite

KROGH SCHACK AUGUST STEENBERG (1874-1949)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 460 mots

Savant danois, né en 1874 à Greena, mort en 1949 à Copenhague. Étudiant la zoologie à l'université de Copenhague (1893-1897), Krogh est très vite remarqué par le professeur Christian Bohr dont il devient l'assistant. D'abord professeur associé en zoophysiologie (1908), un poste spécialement créé pour lui, il devient par la suite titulaire de cette nouvelle chaire (1916) et la conservera jusqu'à sa retraite en 1945. […] Lire la suite

AMPÈRE ANDRÉ-MARIE (1775-1836)

  • Écrit par 
  • Louis POUDENSAN
  •  • 1 788 mots
  •  • 1 média

Ampère, chercheur désintéressé, soutenu, dans des conditions de travail souvent difficiles, par la joie de connaître et de comprendre, reste pour nous un savant exemplaire. Son nom a été choisi pour désigner l'unité d'intensité du courant électrique, notion fondamentale que, le premier, il avait mise clairement en évidence. La plus grande gloire, pour un savant, est d'inscrire son nom au panthéon des phénomènes déchiffrés dans le grand livre de la Nature. […] Lire la suite

RESPONSABILITÉ SOCIALE DES SCIENTIFIQUES

  • Écrit par 
  • Jacques TESTART
  •  • 7 709 mots
  •  • 5 médias

La première accorde au savoir une vertu morale et la seconde accorde à la technologie la vertu du savoir... Chercheurs résistants On ne peut pas accepter la charge sociale de producteur de savoir sans endosser la responsabilité de ce qu'il adviendra de ce savoir, au moins quand les enjeux technologiques ont été définis ou quand il y a déjà controverse sur l'usage à venir des innovations ainsi préparées. […] Lire la suite

MATÉRIALISME

  • Écrit par 
  • Georges GUSDORF
  •  • 3 912 mots
  •  • 1 média

Cette conversion épistémologique est illustrée par la grande figure de Galilée (1564-1642) ; la condamnation du savant, en 1633, bien loin de consommer une défaite, consacre l'irrésistible avènement du nouveau savoir, qui triomphera définitivement avec les Philosophiae naturalis principia mathematica de Newton, en 1687. Or cette conjonction de la physique et des mathématiques n'a été possible que grâce à une représentation corpusculaire de la réalité, renouvelée de l'atomisme antique. […] Lire la suite

PRAZ MARIO (1896-1982)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques MAYOUX
  •  • 578 mots

Mario Praz fut le plus savant humaniste, le chroniqueur et le critique le plus brillant et le plus délicat essayiste qu'ait connu l'Italie de son temps. Angliciste de profession, il fut partout chez lui dans le domaine des lettres, et il eut encore l'originalité d'être un des meilleurs connaisseurs du style Empire (Goût néo-classique, trad. franç. […] Lire la suite

ARAI HAKUSEKI (1657-1725)

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU
  •  • 518 mots

Savant et homme d'État japonais, conseiller et précepteur des sixième et septième shōgun Tokugawa, Ienobu et Ietsugu. Fils d'un modeste officier au service du shōgun, Arai Hakuseki préféra se consacrer aux études ; il vivait dans la pauvreté, lorsque son maître et ami Kinoshita Jun'an le proposa comme précepteur d'Ienobu, daimyō de Kōfu, appartenant à l'une des branches cadettes de la famille Tokugawa. […] Lire la suite

ROGER BACON (1212/1220-1292)

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 1 836 mots

Se disant lui-même « très savant en toutes sciences » et lecteur d'Aristote « plus qu'aucun autre » avant lui, il est à la fois le premier promoteur de la méthode expérimentale et le plus grand linguiste de son temps. Un souci de réorganiser le savoir Né dans le Dorsetshire entre 1212 et 1220, Roger Bacon étudie les arts à Oxford puis à Paris, où il conquiert la maîtrise et où il est l'un des premiers à commenter la Physique et la Métaphysique d'Aristote. […] Lire la suite

MERLEAU-PONTY MAURICE (1908-1961)

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 3 511 mots
  •  • 1 média

Il s'interroge parallèlement sur l'« ontologie », secrète ou avérée, qui anime le savant, le psychologue, l'artiste ou le politique adonnés à leurs tâches ; il se montre même tout particulièrement soucieux de peser si ce qu'ils font témoigne bien de l'ontologie à laquelle ils adhèrent, parfois sans le savoir. Merleau-Ponty pense que le comportement de l'homme vis-à-vis de l'être se transforme au long de l'histoire et même que ce comportement tisse la trame ultime de cette histoire, instaurant une dialectique incessante entre l'ontologie simplement pensée et celle qu'impliquent réellement les découvertes et les acquis de la culture. […] Lire la suite

KINDĪ AL- (IXe s.)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 1 446 mots

Mais, se rappelant qu'il fut encore un savant de valeur, on peut affirmer que son esprit avait assez d'ampleur pour embrasser tout le savoir que son siècle découvrait et produisait, et ce n'était pas peu de chose. […] Lire la suite

HAVEMANN ROBERT (1910-1982)

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 1 087 mots

Résistant antifasciste, Robert Havemann, savant de réputation internationale, connut tous les honneurs en République démocratique allemande avant de devenir son dissident le plus célèbre. Né le 11 mars 1910 à Munich, il fit des études de chimie aux universités de Munich et de Berlin et entra dès 1932 à l'Institut Kaiser Wilhelm de chimie physique et d'électrochimie à Berlin. […] Lire la suite

UNE ANTHROPOLOGIE DU JAZZ (J. Jamin et P. Williams)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 959 mots

Le livre reprend certains de ces textes et transmet indubitablement un savoir, mais surtout une vision du monde, une conception très déliée des relations entre haute et basse culture, une analyse politique critique et radicale – et tout un pan de l'histoire humaine. Le regard est français, savant, et plutôt littéraire. Le premier point est d'importance. […] Lire la suite

ÉCRIT ET ORAL (linguistique)

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 111 mots

De la même façon, l'oral permet, grâce aux phénomènes de liaison, de lever certaines ambiguïtés de l'écrit : par exemple de distinguer entre un « savant-T-aveugle » (adjectif + nom) et un « savant /aveugle » (nom + adjectif). Par ailleurs, l'organisation spécifique de la langue parlée, par différence avec la langue écrite, a fait l'objet d'un certain nombre de travaux récents. […] Lire la suite

MÜLLER FRIEDRICH MAXIMILIAN dit MAX (1823-1900)

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 950 mots

1850, c'est la date où toute l'Europe savante organise un savoir, avec ses chaires et ses instituts de recherche, autour d'une question fondamentale : d'où viennent ces histoires absurdes et sauvages sur le commencement des choses, l'origine des hommes, du soleil, des étoiles, de la mort ? Pourquoi l'humanité a-t-elle si longtemps raconté les aventures infâmes et ridicules des dieux ? Pourquoi les êtres divins sont-ils regardés comme incestueux, adultères, meurtriers, voleurs, cruels, cannibales ? La mythologie comme objet de savoir est appréhendée dans un état de scandale qui mobilise les intelligences, rend urgente l'activité d'une science décidée à éclairer de ses lumières l'obscénité de la fable. […] Lire la suite

LIVRE DE LA GUÉRISON, Avicenne - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 615 mots
  •  • 1 média

L'œuvre considérable du savant, philosophe et mystique persan Avicenne (Ibn Sīnā, 980-1037), comme celle de son maître Aristote, nous est parvenue incomplète. Ainsi, on ne connaît qu'un fragment de sa Philosophie orientale, qui en fut considérée un temps comme l'expression « ésotérique ». Le Canon de la médecine offre la somme du savoir médical de son temps – et une référence obligée jusqu'à la Renaissance –, dont il intègre la synthèse au principal traité philosophique que nous connaissons de lui, le Kitāb al-Shifā' ou Livre de la guérison de l'âme. […] Lire la suite

INTELLECTUEL

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 9 442 mots
  •  • 3 médias

Érasme est à la fois un savant et un philosophe engagé religieusement et moralement. La notion de savant renvoie alors à un savoir que seule possède une élite : Érasme connaît le latin et le grec. Au xviiie siècle, ce savoir constitue une légitimation spécifique pour la république des lettres. Au xviie siècle la légitimation sera d'un autre ordre. Des intellectuels comme Gabriel Naudé, les frères Dupuy sont des hommes du livre, des bibliothécaires et Pascal s'est fait un nom, avant les Provinciales, par ses travaux scientifiques. […] Lire la suite

DES SINGES, DES CYBORGS ET DES FEMMES (D. Haraway)

  • Écrit par 
  • Noëlle DUPUY
  •  • 993 mots

Dans une perspective marxiste assumée mais critique, elle décline la nécessaire réappropriation des moyens de productions en une réappropriation des moyens de savoir. Il s'agit de promouvoir ce qu'elle appelle « les savoirs situés » : que le langage savant dise d'où il parle, parce que l'expertise peut être incarnée dans des expériences. Ainsi peut-on espérer développer de nouvelles possibilités politiques et scientifiques afin de dépasser une série d'oppositions binaires – mâles/femelles, nature/culture, humain/machine, noir/blanc –, qui structurent nos pensées mais stérilisent la connaissance. […] Lire la suite

BRULY BOUABRÉ FRÉDÉRIC (vers 1923-2014)

  • Écrit par 
  • André MAGNIN
  •  • 1 189 mots

Comme le dit Bouabré, en Afrique, quand un homme est né, on se contente de savoir qu'il est né, on ne cherche à compter ni les jours, ni les mois, ni les années... L'enfant demande à son oncle Lebato à être scolarisé et il suit les cours de l'école française de Daloa de 1931 à 1940, où il se distingue par sa vive curiosité et par une volonté profonde de s'instruire. […] Lire la suite

COMPAGNON ANTOINE (1950- )

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 112 mots
  •  • 1 média

La Seconde Main, ou le Travail de la citation demeure un ouvrage de référence assez typique de ce que la poétique française savait produire à cette époque, fondant l’analyse fonctionnelle d’une notion sur un large savoir. Ce premier livre en appelait un second plus spécifique, Nous, Michel de Montaigne (1980), à propos d’un écrivain qui savait ce que citer veut dire. […] Lire la suite

PLINE L'ANCIEN (23-79)

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 911 mots

Son livre est un bilan, et longtemps il symbolisera tout le savoir humain. […] Lire la suite

RENAN ERNEST (1823-1892)

  • Écrit par 
  • Jean GAULMIER
  •  • 1 651 mots
  •  • 1 média

Ainsi, chez Renan, la réflexion du moraliste vient-elle donner un sens profondément humain à son œuvre de savant et d'historien. […] Lire la suite

EUDOXE DE CNIDE (env. 400-355 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 1 181 mots

Savant et philosophe Les dates de la vie d'Eudoxe de Cnide, fils d'Eschine, sont sujettes à discussion entre les spécialistes, mais on pense qu'il est né vers 400 et mort vers 355. Appartenant probablement à une famille de médecins (Cnide est célèbre au ve siècle pour son école de médecine), sans fortune, il suivit d'abord des confrères dans leurs déplacements. […] Lire la suite

WEBER MAX (1864-1920)

  • Écrit par 
  • Julien FREUND
  •  • 3 675 mots

Pour savoir quelle est l'importance respective de ces diverses causes, Weber propose d'utiliser la catégorie de possibilité objective. Elle consiste à éliminer par abstraction un antécédent pour savoir si l'événement se serait ou non produit en ce cas. La révolution a éclaté à Berlin en 1848 à la suite de deux coups de feu. Ont-ils été la cause ? En les éliminant par abstraction on peut constater que la situation générale était telle que n'importe quel incident pouvait déclencher la révolution. […] Lire la suite

COMENIUS ou JAN AMOS KOMENSKY (1592-1670)

  • Écrit par 
  • Vaclav CERNY
  •  • 1 610 mots

Se fondant sur les idées de l'unité et de l'harmonie de l'Acte créateur divin, donc de la finalité commune de l'existant – omnia ab Uno, omnia ad Unum, tout procède de l'Un et tout tend vers l'Un –, persuadé, par conséquent, que les domaines de l'être se correspondent et se reflètent, Komenský conçoit la pansophie comme un système de savoir humain réformé. […] Lire la suite

LINNÉ CARL VON

  • Écrit par 
  • Georges GUSDORF
  •  • 2 440 mots

Mieux qu'un penseur ou un savant, Linné est, comme Goethe, un Augenmensch, un génie du regard. […] Lire la suite

LE FÈVRE DE LA BODERIE GUY (1541-1598)

  • Écrit par 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 956 mots

Sa formation doit moins aux études universitaires qu'à l'influence d'un maître savant, Guillaume Postel. Versé en latin, grec, hébreu, chaldéen, arabe et syriaque, Le Fèvre achève en 1567 de transcrire en caractères hébraïques et de traduire en latin le Nouveau Testament syriaque, d'après un exemplaire rapporté d'Orient par Postel. Ce travail est destiné à la Bible polyglotte que prépare à Anvers le grand éditeur Christophe Plantin. […] Lire la suite

THULÉ

  • Écrit par 
  • Isabelle NGUYEN HUU DONG
  •  • 659 mots
  •  • 1 média

À la suite, l'Occident, fasciné par cette terre fabuleuse, l'Ultima Thule de Virgile (Géorgiques, I, 30), retint, sans savoir exactement où la situer, qu'elle marquait au nord la limite du monde connu. Toutes les identifications étaient donc possibles au fur et à mesure que reculerait cette limite : Ptolémée avait placé Thulé à la latitude des Shetland. […] Lire la suite

BOSCOVICH ou BOŠKOVIĆ RUDJER (1711-1787)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 739 mots

On retiendra que les écrits théoriques de Boscovich, dont le nombre suppose une foi dans la perfectibilité du savoir humain, sont remarquables par la résonance poétique de leurs cosmologies hypothétiques. Pour Boscovich, d'autres mondes sont toujours rationnellement pensables. […] Lire la suite

CHARTIER ROGER (1945- )

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 2 101 mots

Les contes de Perrault sont composés par un savant pour les milieux de la Cour ; ils reprennent pourtant une matière folklorique et sont rapidement annexés par la Bibliothèque bleue, ces petits volumes brochés, diffusés dans tout le pays par les colporteurs. Il faut ajouter que l'opposition du savant et du populaire ne se superpose pas à celle de la consommation individuelle et de la pratique collective. […] Lire la suite

OBJECTIVATION SOCIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard LACROIX
  •  • 1 395 mots

Il reste évidemment que le résultat du travail d’explicitation est toujours le fait d’un savant, et que ce savant est lui-même situé dans un moment, dans un état de division du travail, dans un ensemble d’antagonismes et finalement dans un processus. Il est donc également analysable comme une vision relative, dépendante d’un point de vue. Cette absence d’éternité et d’universalité de toute revendication de certitude ne renvoie finalement à aucune subjectivité, et c’est peut-être le plus difficile à admettre. […] Lire la suite

RICKEY GEORGE (1907-2002)

  • Écrit par 
  • Serge LEMOINE
  •  • 627 mots

George Rickey élabore ensuite un monde de formes très variées grâce à un système savant de contrepoids et d'articulations très élaborées qui témoignent de la perfection de son savoir-faire dans le domaine mécanique (Lumina III, 1967). Ses mobiles suspendus, posés au sol ou accrochés à une paroi à la façon d'un relief, sont pratiquement tous exécutés en acier inoxydable, celui-ci étant poli afin de permettre une animation vivante des surfaces. […] Lire la suite

ANAMORPHOSES OU THAUMATURGUS OPTICUS LES PERSPECTIVES DÉPRAVÉES, Jurgis Baltrušaitis- Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annamaria DUCCI
  •  • 1 387 mots

Anamorphose entre jeu et allégorie Mais l'anamorphose n'appartient pas seulement au monde savant, et Baltrušaitis nous rappelle qu'à partir du milieu du xviie siècle ce procédé optique a fasciné surtout comme une bizarrerie, un jeu savant appliqué aux images. C'est à cette époque que l'anamorphose catoptrique (à l'aide d'un miroir) donne vie à des anamorphoses circulaires qui seront très prisées, y compris par de grands artistes comme Simon Vouet ; correspondant au goût baroque pour la scénographie, les cônes ou les cylindres à miroir peuvent en effet décorer des salles et des jardins, avec des effets surprenants. […] Lire la suite

BROSSES CHARLES DE (1709-1777)

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 1 351 mots

Quand il mourut, on savait que disparaissait un ennemi de Voltaire, un ami de Buffon, un familier de Hume, Algarotti, Bonnet, Bernoulli, Diderot, Montesquieu, Rameau, un savant versé dans les langues classiques et modernes, mais qui n'écrivait pas trop bien. Périssables par leur nature même, les ouvrages d'érudition deviennent plus fragiles encore quand ils se distinguent par un style délibérément négligé. […] Lire la suite

SCIENCES Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 2 061 mots

Mais, dans le premier cas, l'étude des valeurs de fait laisse intact le problème de savoir pourquoi l'homme pose à leur propos une question, non de fait, mais de droit, qu'il s'agisse du droit qu'il revendique de les créer librement ou du droit qu'il leur accorde de requérir son assentiment. Et, dans le second cas, il est rare que la réflexion du savant sur sa science parvienne à un degré de généralisation, ou plutôt de radicalisation, qui lui permette d'instaurer une « philosophie première », c'est-à-dire une interrogation sur l'être et l'intellection de l'être, une interrogation sur les moyens de clore ou non cette interrogation ultime. […] Lire la suite

SCIENCES Sciences et société

  • Écrit par 
  • Federico MAYOR, 
  • Evry SCHATZMAN
  •  • 9 687 mots
  •  • 4 médias

La formation du savoir scientifique dépend de la société dans laquelle se font les découvertes, mais le contenu lui-même de ce savoir est neutre : il n'a ni appartenance nationale ni appartenance de classe. Ainsi la loi de Mariotte et Gay-Lussac, qui définit la relation entre la pression, le volume et la température d'un gaz, est vraie dans son domaine d'application, indépendamment de celui qui l'utilise. […] Lire la suite

Recevez les offres exclusives Universalis