Fenêtres sur l'Univers

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Nos yeux ne sont sensibles qu'au rayonnement visible, c'est-à-dire à une infime fraction du spectre électromagnétique. Quel aspect présenterait le monde si nous le découvrions en infrarouge, en ultraviolet ou encore dans le domaine des rayons X ? C'est en ces termes que s'exprime l'une des grandes révolutions de l'astronomie moderne.
Notre atmosphère est transparente uniquement dans le domaine visible et dans celui des ondes radio. Le flux d'information provenant de l'espace et véhiculé par les ondes électromagnétiques est donc irrémédiablement altéré par l'atmosphère terrestre. Lorsqu'ils observent le ciel avec des moyens classiques, les astronomes ne disposent donc que d'une information très incomplète. Il s'agit d'une des raisons pour laquelle ils placent en orbite des télescopes équipés de récepteurs sensibles aux différents rayonnements électromagnétiques.
Ils découvrent alors le ciel sous un nouveau jour. Ainsi, lorsqu'elle est observée dans l'infrarouge, la célèbre constellation d'Orion révèle des régions, jusque-là invisibles, dans lesquelles se forment de nouvelles étoiles. En s'affranchissant des perturbations atmosphériques et en observant l'ensemble du spectre électromagnétique, les télescopes spatiaux nous ouvrent de nouvelles fenêtres sur l'Univers. Celui-ci nous dévoile ainsi un peu plus de ses mystères.