L'homme dans l'espace

Crédits : CNES

Depuis le vol historique de Iouri Gagarine, plusieurs centaines d'hommes et de femmes ont séjourné dans l'espace.
Pour eux, l'expérience la plus fascinante est la sortie dans l'espace. Équipé d'une imposante combinaison, l'astronaute peut rester plusieurs heures dans des conditions extrêmes, relié par un simple câble à l'habitacle. Les sorties extravéhiculaires sont indispensables : elles permettent la maintenance et la réparation des éléments qui composent la station ou de satellites déjà en orbite, comme ce fut le cas à plusieurs reprises pour le télescope spatial Hubble. En 1998, lors de la mission Perseus à bord de la station Mir, le spationaute français Jean-Pierre Haigneré effectua une sortie de près de 7 heures avec le Russe Victor Afanassiev. Les deux hommes ont alors installé et récupéré des expériences scientifiques. Jean-Pierre Haigneré a également lancé à la main Spoutnik-99, un satellite miniature radioamateur réplique de Spoutnik-1.
Afin de permettre l'intervention sur des éléments distants, les astronautes de la navette spatiale américaine disposent, depuis 1994, d'un instrument de déplacement spatial : le Manned Maneuvering Unit. L'astronaute n'est plus raccordé au vaisseau orbital et peut évoluer librement.
Le retour sur Terre s'effectue après un séjour de plusieurs jours à plusieurs mois, selon le type de mission. Le vaisseau se détache de la station et se place sur sa trajectoire de retour. La phase de rentrée atmosphérique constitue, avec le lancement, la partie la plus critique de la mission. Les frottements de l'atmosphère sur le bouclier de l'engin provoquent un important échauffement, lequel est absorbé par un revêtement spécialement étudié. Une fois dans l'atmosphère, la descente des capsules est freinée par un ensemble de parachutes. Les capsules russes se posent au sol : le choc est souvent violent. Chaque astronaute aura besoin de plusieurs jours pour se remettre de ce voyage et se réadapter à la vie terrestre.