Télescope spatial Hubble

Crédits : VMGROUP

Encapsulé en chambre blanche, le télescope spatial Hubble, réalisé par la N.A.S.A. avec la collaboration de l'Agence spatiale européenne, subit les derniers préparatifs avant son lancement. Entrepris depuis 1978, ce chef-d'œuvre d'optique et d'électronique a coûté 1,5 milliard de dollars.
Porté par la navette Discovery, il s'élance le 24 avril 1990 vers l'orbite située à 600 kilomètres au-dessus de la surface terrestre, où sa mission sera d'observer le ciel à l'abri de toutes les perturbations qu'engendre l'atmosphère. L'extraction des soutes de la navette, puis l'opération délicate de sa mise en situation sont des réussites totales. Le monde entier attend avec impatience les premières images.
Mais force est de constater que ces premières images sont floues, du fait d'un défaut de polissage du miroir primaire qui le rend myope. Une mission de correction est rapidement envoyée et le résultat est à la hauteur des espérances.
Les rayons lumineux suivent maintenant le bon chemin : après réflexion sur le miroir primaire puis sur le secondaire, ils viennent converger au foyer, où différents types de caméras reçoivent et analysent les images. À part le Soleil, la Terre et la Lune, tous les objets du ciel sont à sa portée.
Cette photo d'une nébuleuse planétaire montre l'étonnante définition, la netteté et la sensibilité de ce télescope.
À gauche, la lointaine planète Pluton et son satellite Charon, tels qu'on les voit avec un télescope terrestre ; à droite, l'image qu'en donne Hubble.
Vue de la Terre, la nébuleuse d'Orion n'était qu'une zone claire au centre de la constellation. Les images d'Hubble nous montrent plus précisément qu'il s'agit d'un nuage de gaz aux couleurs chatoyantes, brillamment éclairé par une multitude d'étoiles dont certaines viennent juste de naître.