Accords de Munich, 1938

Crédits : Pathé

Dans la nuit du 29 au 30 septembre 1938, les accords de Munich sont signés par Hitler, Mussolini, Édouard Daladier, chef du gouvernement français, et le Premier ministre britannique Arthur Neville Chamberlain.
Hitler obtient pleine satisfaction concernant le rattachement au Reich de la minorité allemande des Sudètes qui avait été incorporée à la Tchécoslovaquie. La paix est sauvée.
Dans leurs foyers comme dans la rue, les Français, qui ont cru la guerre imminente, sont rassurés et contents. Les anciens combattants, qui ont connu l'horreur des tranchées, participent eux aussi à ce que Léon Blum appellera plus tard un «lâche soulagement».
Ce sont donc des foules enthousiastes qui accueillent Daladier à son retour de Munich. De l'aéroport du Bourget au ministère de la Guerre, plus de 500 000 personnes se sont spontanément massées. On crie: «Vive la Paix !», «Vive la France !», «Vive Daladier !». En fait, le diktat de Munich n'était pas cet accord honorable auquel on voulait croire ; et le visage préoccupé du président du Conseil contraste avec l'allégresse populaire.