Marche sur Rome, 1922

Crédits : Pathé

Dans l'Italie en crise de 1922, le coup de force de la marche sur Rome marque l'arrivée au pouvoir de Mussolini. Désarroi et désorganisation expliquent le succès de son mouvement des Faisceaux italiens de combat, devenu, en novembre 1921, le Parti national fasciste. Soutenu par des bandes armées, les squadre ou brigades fascistes, qu'il a su discipliner, Mussolini s'est aussi ménagé les sympathies du roi, Victor-Emmanuel III, du Vatican, du patronat et de l'armée.
Le 24 octobre 1922, il inaugure à Naples le congrès de son parti en disant : «Nous voulons être l'État.» L'ultimatum d'une marche sur Rome est lancé. À partir du 27, les squadristes sont envoyés à l'assaut des grandes villes du pays et les colonnes de «chemises noires» vont converger vers Rome, sans rencontrer de résistance. Le 29, le roi invite Mussolini, qui s'était retiré à Milan pour y attendre l'issue des événements, à former un gouvernement.
Le fascisme en tant que système politique est en train de naître.