Gisement de roches ultrabasiques

Gisement de roches ultrabasiques

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Représentation schématique de divers types de gisement des roches ultrabasiques. En noir : gisements liés à des processus magmatiques cumulatifs (intrusions stratifiées et associations péridotites-gabbros des séries ophiolitiques) ; en hachuré : péridotites mantelliques et roches associées ; en blanc : croûte continentale. I.S. : intrusions stratifiées ; C.M. : chambres magmatiques, sources des enclaves « congénères » ; E : enclaves ultrabasiques liées aux appareils volcaniques ; N : zones d'incorporation mécanique des « nodules » de péridotite dans les magmas basaltiques ; D. : « diapir » mantellique, ou zone d'amincissement lithosphérique ; la décompression adiabatique des péridotites mantelliques au sein de telles structures peut en provoquer la fusion partielle et aboutir à la production de magmas basaltiques ; L. 1 : lherzolites du type « zone d'Ivrée » (Alpes internes) caractérisant un chevauchement lithosphérique sur un domaine océanique ; L. 2 : lherzolites du type « Pyrénées » ou « Beni-Bousera/Ronda » (zones internes bético-rifaines) caractérisant une collision continentale sans océanisation préalable (la composante transcurrente éventuelle de l'accident n'est pas figurée sur le dessin) ; D.O. : dorsale océanique ; B.R.M.O. : zone d'injection des basaltes des rides océaniques ; P.O. : plancher océanique comportant à sa base des roches ultrabasiques cumulatives ; obduction : mise en place des séries ophiolitiques par chevauchement sur le domaine continental (d'après F. Conquéré et J. Kornprobst, 1974, modifié).