Position d'un nucléotide dans l'ADN

Position d'un nucléotide dans l'ADN

Crédits : Encyclopædia Universalis France

À partir d'une molécule d'ADN clivée par chauffage (dénaturation), on a pu cloner de l'ADN simple brin (schéma du haut). Une amorce, constituée de quelques nucléotides, a été détachée du brin complémentaire et permettra le démarrage d'une copie du brin d'ADN à étudier. Elle se produit sous l'action de l'ADN-polymérase agissant dans un mélange des quatre nucléotides à assembler (A, T, G, C). En attachant à l'amorce un marqueur fluorescent qui caractérisera A et en introduisant dans le mélange en réaction un terminateur A (on recueille, à partir du brin copié, de nombreuse copies partielles, de longueurs inégales, mais toujours terminées en A). Par électrophorèse, on détermine la longueur relative de ces chaînes, complémentaires pour partie du brin copié. Le positionnement relatif de ces fragments sur le support d'électrophorèse permet de localiser T (nucléotide complémentaire de A) sur le brin à séquencer. En pratique, les automates de séquençage fusionnent les quatre pistes A, T, G et C.