Association de deux gènes constants

Association de deux gènes constants

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Exemple de réarrangements géniques chez la souris conduisant à la synthèse de 2 molécules de classes distinctes, lgM et lgG2a, exprimant la même spécificité de reconnaissance. Les gènes H, constitués sur l'ADN germinal en 4 ensembles distincts, VH, D, JH et CH, se réarrangent au cours de la maturation des lymphocytes B. Ici, le clone B a « choisi » l'assemblage VHn X D3 X JH4, correspondant à une région variable de chaîne lourde. Cet ensemble peut fonctionner avec le segment CH le plus proche (réarrangement 1) pour former un ARN messager µ, responsable de la chaîne VHn–D3–JH4–Cµ. Il peut, à la suite d'un second type de réarrangement qui élimine les segments Cµ à Cɣ2b, se rapprocher du gène Cɣ2a et former un ARNmɣ2a qui va permettre la synthèse d'une chaîne ɣ2a de formule VHn–D3–JH4–Cɣ2a. Les gènes des chaînes x, groupés ensemble : Vx, Jx et un antigène Cx, se réarrangent également dans les lymphocytes B. Le choix indiqué est Vx1–Jx2–Cx. L'ARNm synthétise la chaîne légère correspondante qui peut s'associer indifféremment à la chaîne µ ou à la chaîne ɣ2a. Dans le cas décrit, les régions variables des 2 chaînes lourdes étant identiques et les chaînes légères étant les mêmes, il s'ensuit que les 2 immunoglobulines : lgM (noter la structure pentamérique) et lgG expriment les mêmes spécificités de reconnaissance et vont donc fixer le même antigène. Les 3 chaînes, µ, ɣ2a et x, sont produites par le même lymphocyte B. Les chaînes µ et ɣ2a sont généralement synthétisées successivement, la chaîne µ apparaissant la première.