Récepteurs nucléaires et leurs ligands

Récepteurs nucléaires et leurs ligands

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Famille des récepteurs nucléaires et de leurs ligands. En haut, à gauche, la figure montre les six domaines fonctionnels de ces protéines, en allant de la partie NH2 terminale vers la partie COOH terminale : région A/B modulatrice porteuse de TAF – 1 (cellule et promoteur spécifique) ; région C de liaison à l'ADN ; région D charnière porteuse, avec la région C, du signal de localisation nucléaire ; région E domaine de liaison du ligand ; F région modulatrice (qui est inconstante). Les chiffres caractérisent le nombre des acides aminés présents dans les différents domaines. Les rectangles indiquent les régions de haute homologie (avec la plus grande identité d'acides aminés) et les lignes noires de faible homologie au niveau des séquences d'ADN. Récepteurs représentés : ER, récepteurs des estrogènes ; PR, de la progestérone [ligand en face (R) = H, R = CH3CO] ; GR, des glucocortticoïdes [(R) = OH, R = CH2OHCO] ; MR, des minéralocorticoïdes [(R) = OH, R = CH2OHCO + = O en 18] ; AR, des androgènes [(R) = H, R = OH] ; Vit D 3, de la vitamine D ; RAR, de l'acide rétinoïque ; TR, des hormones thyroïdiennes (d'après P. Chambon).