Électro-encéphalogramme

Électro-encéphalogramme

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Électro-encéphalogramme.À gauche, E.E.G. normal d'un sujet éveillé, au repos sensoriel. Échelles de temps et d'amplitude indiquées en bas, au centre de la figure, avec les modes de dérivation utilisés : chacune des huit dérivations est indiquée par un chiffre cerclé ; le trait plein indique la liaison de l'électrode connectée à l'entrée dite négative de l'amplificateur, un trait discontinu, celle de l'électrode connectée à l'entrée dite positive ; il s'agit ici d'une dérivation aréférentielle (montage longitudinal). Activité rythmique voisine de 10 cycles par seconde (rythme alpha) prédominant sur les deux tiers postérieurs du scalp, et remplacée en avant par une activité rapide, irrégulière (rythme bêta).À droite, activité E.E.G. pathologique de type paroxystique et critique qui dure environ 7 s : pointes amples et brèves, ondes lentes d'une amplitude voisine de celle des pointes réalisant des complexes « pointe-onde » qui se répètent de façon rythmique à raison de 3 par seconde environ. Remarquer les « oppositions de phase » entre les dérivations 1 et 2, d'une part, 5 et 6, d'autre part. L'activité paroxystique d'origine sous-corticale exprimée (accompagnée ici d'une « absence ») est très généralement caractéristique de petit mal comitial.