Composées : passage du capitule à l'incapitulescence, avec pauciflorie croissante des capitules primaires

Vignette de Composées : passage du capitule à l'incapitulescence, avec pauciflorie croissante des capitules primairesVignette de Composées : passage du capitule à l'incapitulescence, avec pauciflorie croissante des capitules primairesVignette de Composées : passage du capitule à l'incapitulescence, avec pauciflorie croissante des capitules primairesVignette de Composées : passage du capitule à l'incapitulescence, avec pauciflorie croissante des capitules primairesVignette de Composées : passage du capitule à l'incapitulescence, avec pauciflorie croissante des capitules primairesVignette de Composées : passage du capitule à l'incapitulescence, avec pauciflorie croissante des capitules primairesVignette de Composées : passage du capitule à l'incapitulescence, avec pauciflorie croissante des capitules primaires
Composées : passage du capitule à l'incapitulescence, avec pauciflorie croissante des capitules primaires

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Composées : passage du capitule à l'incapitulescence, avec pauciflorie croissante des capitules primaires

Passage du capitule à l'incapitulescence, avec pauciflorie croissante des capitules primaires. Il y a d'énormes capitules chez Helianthus annuus (tournesol) mais les capitules de Chrysanthemum corymbosum sont en nombre plus grand et réduisent leur taille. Le processus se poursuit chez Achillea millefolium où cinq fleurs ligulées du capitule élémentaire miment une corolle : l'inflorescence composée correspond à un corymbe de capitules. La tendance s'accuse chez Artemisia vulgaris (armoise) et Solidago canadensis (verge d'or). La réduction des capitules et leur groupement sont encore plus nets avec les capitules de petits capitules de l'edelweiss (Leontopodium alpinum) et les glomérules de capitules biflores des Xanthium. Chez Echinops sphaerocephalus enfin, les inflorescences composées sphériques sont formées de capitules uniflores. Ces figures sont inspirées de H.E. Hess, E Landolt et R. Hirzel, «Flora der Schweiz», t. III Birkhaüser Verlag, Bâle-Stuttgart, 1972, à l'exception de celle d'Alchemilla millefolium, tirée de G. Mangenot, «Données élémentaires sur l'angiospermie», annales de l'université d'Abidjan, 1973).