Paysage avec Énée à Délos, C. Lorrain

<it>Paysage avec Énée à Délos</it>, C. Lorrain

Crédits : Bridgeman Images

Claude Gellée, dit Claude Lorrain, Paysage avec Énée à Délos. 1672. Huile sur toile. 100 cm X 134 cm. National Gallery, Londres.


Paysage avec Énée à Délos fait partie d'une série de six paysages peints par Claude Lorrain pendant les dix dernières années de sa vie, entre 1672 et 1682. Ils illustrent un épisode de l'histoire d'Énée. Ce tableau est la première peinture de la série, qui se termine par le Paysage avec Ascagne transperçant le cerf de Sylvia. De nombreux autres peintres, par exemple Simon Vouet, ont été inspirés par le héros troyen, mais Claude Lorrain a su renouveler le thème en choisissant lui-même, dans L'Énéide de Virgile ou dans les Métamorphoses d'Ovide, différents épisodes qui n'avaient jamais été représentés.
Au premier plan de la toile, les protagonistes : Énée, en rouge, une lance à la main, son père, le vieil Anchise, en bleu, et son fils, le jeune Ascagne (l'enfant à droite). Ils sont accueillis à Délos, île consacrée à Apollon, par le souverain de la ville, Anios (de dos, en blanc).
Claude Lorrain suit de très près le texte d'Ovide, qui raconte qu'Anios, accueillant Énée et ses compagnons, leur montre la ville, ses sanctuaires, ainsi que les deux arbres représentés au centre de la toile, l'olivier et le palmier, que Létô avait jadis étreints, alors qu'elle mettait au monde Artémis et Apollon.
Les éléments architecturaux eux-mêmes illustrent le texte d'Ovide. Le bas-relief qui décore le bâtiment à droite représente Artémis et Apollon en train de poursuivre le géant Tityos, qui avait tenté de violer leur mère. Le temple rond du fond, dédié à Apollon, imite le Panthéon de Rome. Cet édifice, reconstruit par l'empereur Hadrien au iie siècle après J.-C., est bien entendu postérieur au voyage légendaire d'Énée fuyant Troie pour l'Italie, où ses descendants fonderont Rome. Par cet anachronisme, Claude Lorrain invite habilement le spectateur à méditer sur la destinée de Rome. Le Panthéon, un des rares monuments romains demeurés intacts, était aussi l'un des plus populaires auprès des artistes (on le voit ici peint par Bellotto) comme des amateurs, et le message de Claude Lorrain était compris par tous.
À l'arrière-plan, le paysage marin est analogue à bien d'autres peints par Claude Lorrain. Il évoque également les tribulations d'Énée depuis Troie, sa patrie, jusqu'en Italie.

Auteur : Barthélémy Jobert