Metropolis, Fritz Lang

Metropolis, Fritz Lang

Crédits : Horst von Harbou/ Stiftung Deutsche Kinemathek/ AKG-images

Au contraire du fantôme, le robot a toujours affaire au pouvoir, dans la mesure où il est la matérialisation d'une réalité parfaitement contrôlable et modelable. À l'aube du nazisme, Fritz Lang déploie dans Metropolis (1926) une méditation fascinée sur ce devenir de l'humain. Ici, Alfred Abel et Rudolf Klein-Rogge en présence de l'androïde construit à l'image de la jeune Maria.