Dégradation d’une statue du musée de l’Arc de triomphe lors d’une manifestation des « gilets jaunes », 2018

Dégradation d’une statue du musée de l’Arc de triomphe lors d’une manifestation des « gilets jaunes », 2018

Crédits : Sathiri Kelpa/ SOPA Images/ LightRocket/ Getty Images

Le 1er décembre 2018, au cours de la troisième journée de mobilisation des « gilets jaunes » (baptisée Acte III), des manifestants pénètrent dans le musée de l'Arc de triomphe et dégradent une copie de l'œuvre de François Rude Départ des volontaires en 1792 (dite La Marseillaise). Les réactions aux violences des manifestants et aux dégradations de l'Arc de triomphe (graffiti, pillage du musée) sont virulentes. On parle d'atteinte délibérée aux symboles de la République. Le président de la République Emmanuel Macron visite les lieux dès le lendemain, affichant une posture faite d'anxiété, d'indignation et de fermeté, imitée par l'ensemble de l'exécutif dans sa gestion de la crise des « gilets jaunes » en 2018.