Hallelujah, K. Vidor

<em>Hallelujah</em>, K. Vidor

Crédits : John D. Kisch/ Separate Cinema Archive/ Getty Images

En 1929, au tout début du « parlant », King Vidor réalise Hallelujah, qui met en scène exclusivement des artistes noirs. Si la scénographie et la narration restent proches du cinéma muet, le choix fait par le cinéaste d'une postsynchronisation permet de donner à la voix et au chant un espace qui leur est propre. Les personnages du film y gagnent en relief.