Le manuscrit de Bhakshalī, le « premier » zéro ?