À la mémoire d’Anna Politkovskaïa, L. Norén