Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête, T. Burton.

<em>Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête</em>, T. Burton.

Crédits : Paramount/Mandalay/The Kobal Collection/ Clive Coote/ Aurimages

Manoirs, souterrains, villes tentaculaires ou encore, comme ici, forêt maudite : Tim Burton revient régulièrement dans ses films à l'imagerie gothique, en lui ajoutant volontiers une nuance d'ironie. Dans Sleepy Hollow (1999), l'arbre décharné, à la forme torturée, marque la frontière entre les vivants et les morts.