André Bergeron

André Bergeron

Crédits : James Andanson/ Sygma/ Getty Images

Pour André Bergeron, secrétaire général de Force ouvrière de 1963 à 1989, il y avait toujours « du grain à moudre ». Cette formule, qu'il a si souvent prononcée, était caractéristique de son engagement pour un syndicalisme de la « négociation permanente » avec le patronat et les pouvoirs publics.