Pollution et limitation de vitesse

Pollution et limitation de vitesse

Crédits : Étienne Laurent/ EPA

Lorsqu'un certain niveau de pollution est atteint, qui correspond à des concentrations dans l'air de dioxyde de soufre, de dioxyde d'azote, d'ozone ou de particules en suspension, le préfet prend les mesures nécessaires selon le niveau de gravité de la situation. Parmi elles, la réduction des vitesses maximales autorisées est épisodiquement mise en place. Ce genre de mesures pose toujours questionnement et, dans tous les cas, ne résout pas de façon pérenne la pollution urbaine. Par exemple, cette photographie illustre une telle mesure lors du pic de pollution de mars 2014 dont on a montré, en fait, que l'origine des particules mesurées à Paris était en grande partie imputable aux émissions agricoles franciliennes.