Benyamin Nétanyahou et Shimon Peres, 2009