Fausto Coppi et Gino Bartali, 1949

Fausto Coppi et Gino Bartali, 1949

Crédits : AFP

Gino Bartali (en tête) et Fausto Coppi, lors de l'étape Cannes-Briançon du Tour de France 1949. Ce 18 juillet, les deux Italiens distancent tous leurs rivaux. Les deux campionissimi sont alors au faîte de leur rivalité sportive. Cependant, sous les auspices d'Alfredo Binda, ils ont accepté de collaborer au sein de la Squadra Azzurra. Coppi va laisser le succès d'étape à Bartali, dont c'est l'anniversaire. Le lendemain, Coppi passera à l'offensive pour remporter la Grande Boucle. Au-delà du sport, leur rivalité divisait l'Italie. L'Italie conservatrice, respectueuse du dogme de l'Église, soutenait Bartali, « Gino le Pieux ». L'Italie progressiste encourageait Coppi. Bartali était le héraut de la Démocratie chrétienne, alors que le Parti communiste valorisait la figure de Coppi, qui n'était pourtant pas communiste et se défendait de l'être. Sollicités par les partis, les deux hommes refuseront toujours de s'engager en politique.