Jiri Trnka

Jiri Trnka

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Rares sont les cinéastes dont le nom est synonyme d'un genre qu'ils semblent incarner. Comme pour Walt Disney ou Mack Sennett, il en est ainsi pour Jiri Trnka qui, depuis la disparition de Ladislas Starevitch, évoque à lui seul, ou presque, le film de marionnettes. Héritier d'une tradition familiale (sa grand-mère fabriquait des figurines), initié dès l'enfance au théâtre de marionnettes, il est ensuite décorateur de scène avant de trouver sa voie au cinéma. L'Année tchèque, Le Rossignol de l'empereur de Chine, Le Prince Bayaya, Le Songe d'une nuit d'été, etc., sont autant de chefs-d'œuvre d'un art raffiné et minutieux pour lequel Trnka n'a pas eu de véritable successeur.