Nuages et effet de serre

Nuages et effet de serre

Crédits : Y. Gautier

Les nuages sont parmi les indicateurs les plus visibles de la prévision météorologique. Ils sont essentiellement constitués de vapeur d'eau, qui est le principal gaz à effet de serre. En cela, les nuages interviennent dans la météorologie à long terme : la climatologie.  Vu d'avion, on distingue souvent deux couches de nuages aux rôles distincts. La plupart des nuages élevés (les plus sombres vus du hublot) laissent passer la majeure partie de la lumière solaire incidente. En revanche, aux températures inférieures à – 40 0C, ils bloquent l'évasion vers l'espace du rayonnement infrarouge (de la chaleur) montant de la surface terrestre : ils contribuent donc à l'effet de serre. Les nuages bas (les plus brillants), au contraire, réfléchissent fortement la lumière solaire vers l'espace : c'est l'effet parasol. Cependant, leur émission de rayonnement infrarouge vers le haut est presque aussi forte que celle de la surface, d'où une faible contribution à l'effet de serre. L'adjonction de gaz ou d'aérosols dans ces couches peut privilégier l'un ou l'autre de ces deux effets et, donc, influer sur la température à la surface de la Terre.