Le Dénombrement de Bethléem, Pieter Bruegel l'Ancien (bois, Musées royaux des beaux-arts, Bruxelles).

Le Dénombrement de Bethléem, Pieter Bruegel l'Ancien (bois, Musées royaux des beaux-arts, Bruxelles).

Crédits : DeAgostini/ Getty Images

Ce tableau est un témoin des conditions climatiques qui règnent dans les Pays-Bas du XVIe siècle. La scène se situe en hiver qui semble, à l'époque, particulièrement rude : le paysage est sous la neige, les étangs sont gelés, les enfants jouent sur la glace.
Cette période très rigoureuse est appelée le Petit Âge glaciaire. Elle débute au XIVe siècle et s'établit sur tout l'hémisphère Nord, notamment sur l'Europe. Les températures sont inférieures à celles d'aujourd'hui (selon les régions, de 1 à 4 0C), les hivers sont longs et froids, les étés courts et frais. Certains historiens pensent que ces conditions difficiles, en raison des famines et de la misère qu'elles ont causées, ont été l'un des déclencheurs de la Fronde en 1648, puis de la Révolution française en 1789. Le Petit Âge glaciaire se termine à la fin du XVIIIe siècle par une remontée des températures, qui continue depuis lors.
Le Petit Âge glaciaire a été précédé par une période plus clémente, appelée le Petit Optimum climatique (de 500 av. J.-C. à 1250), pendant laquelle les Vikings s'installent sur les côtes sud-ouest du Groenland (" terre verte ") et sur celles de l'Europe du Nord.
Citons enfin le Grand Optimum climatique, entre 8000 et 5000, pendant lequel, en été, les températures étaient supérieures de 2 à 3 0C à celles d'aujourd'hui.
Toutes ces périodes, postérieures à la dernière glaciation quaternaire, montrent bien à quel point les climats du passé n'ont cessé de varier.