Vaccins à ADN et à ARNm

Vaccins à ADN et à ARNm

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Dans ces deux types de vaccins, la protéine vaccinale est produite par le décodage de son gène. Dans les vaccins à ADN (à gauche), le gène est situé sur un minichromosome circulaire, un plasmide, et précédé par une séquence régulatrice (promoteur) qui permet son expression dans la cellule. Le plasmide vaccinal est lui-même enroulé autour d'une particule constituée de polymères amphiphiles. Cette dernière rend possible un passage direct au travers de la membrane vers le noyau cellulaire. Dans les vaccins à ARNm (à droite), l'information génétique est contenue dans un ARN messager stable, prêt à être traduit en protéine. L'ARNm simple brin est coincé « en sandwich » entre deux couches de lipides chargés positivement. Ces couches de lipides s'organisent en vésicules emboîtées les unes aux autres. Leur surface est protégée par des spicules de polyéthylène glycol (PEG). Cette structure permet au vaccin de se fixer à la membrane cellulaire, de pénétrer dans la cellule, et à l'ARNm d'être libéré dans le cytoplasme.