Météorologie et climat

Météorologie et climat

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Ces graphiques représentent les températures (courbes) et les cumuls de précipitation (barres) dans deux mailles d'un modèle de circulation générale atmosphérique (modèle LMDZ du CNRS) qui comprennent l'une la ville de Nevers (France), l'autre Ouagadougou (Burkina Faso), à l'échelle d'un mois (en haut) et d'une année (en bas). Pour chacune de ces zones géographiques, deux simulations ont été réalisées et ne diffèrent que par leur état initial. La première (simulation de contrôle) utilise un état du 1er janvier d'une simulation climatique. Pour la seconde (état initial perturbé), la température de départ a été modifiée aléatoirement de moins d'un dixième de degré dans toutes les mailles du modèle. C'est en lançant une simulation  avec des données ainsi tronquées qu'Edward Lorenz a découvert l'extrême sensibilité des équations de la météorologie aux conditions initiales (souvent appelée effet papillon). À Nevers, à l'échelle du mois, les températures et les pluies sont presque superposées pendant les neuf premiers jours de janvier mais s'écartent ensuite pour donner deux situations météorologiques différentes. À l'échelle de l'année, les simulations reproduisent bien le climat contrasté de ces deux régions : une température moyenne relativement constante à Ouagadougou, avec un cycle diurne de plus faible amplitude pendant l'été du fait de l'humification des sols par les pluies de moussons ; un fort cycle saisonnier des températures, avec un cycle diurne plus fort l'été, du fait du plus fort ensoleillement, pour Nevers. Pour cette dernière ville, on a donc deux trajectoires météorologiques différentes mais qui représentent bien le même climat.