Modèles climatiques : cœur dynamique et paramétrisations physiques

Modèles climatiques : cœur dynamique et paramétrisations physiques

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Cette sphère surmontée de « cubes » illustre le maillage de l'atmosphère utilisé dans les modèles numériques climatiques. Ici, l'échelle n'est pas respectée puisque l'atmosphère ne s'étend que jusqu'à quelques dizaines de kilomètres d'altitude, à comparer avec les 6 350 km du rayon de la Terre. Les mailles sont en réalité très aplaties et une colonne du modèle (en bas de la figure) ressemble plutôt à un « mille-feuille » (on parle souvent de couches ou de niveaux). Un modèle de climat est constitué de deux parties. La première, appelée cœur dynamique, calcule la circulation de l'atmosphère entre mailles adjacentes dans les trois directions de l'espace. La seconde représente les autres processus (turbulence, nuages, rayonnement…) intervenant dans le fonctionnement du climat et regroupés sous le nom de paramétrisations. Les distributions statistiques de ces processus sont supposées homogènes horizontalement dans les mailles et leurs paramétrisations se traduisent par des échanges verticaux entre les couches d'une même colonne.