Histoire naturelle de l’hépatite C

Histoire naturelle de l’hépatite C

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Après contamination, le virus qui a pénétré dans l'organisme infecte prioritairement le foie (hépatotropisme) et, de manière moindre,  les lymphocytes circulant (lymphotropisme). Dans 30 % des cas, le malade guérit spontanément. Chez les 70 % de patients restants, le virus persiste dans les cellule hépatiques et les lymphocytes. Une série d'hépatopathies se dessine : évolution vers l'infection chronique, puis la cirrhose et le cancer hépatocellulaire (rectangle rose). Chez 40 % de ces sujets, une infection chronique favorise de nombreuses pathologies extra-hépatiques (rectangle jaune). À partir de l'infection des lymphocytes et de l'inflammation chronique, des pathologies vasculaires (rectangle orangé) et une forte prédisposition à des lymphomes se développent.