Les modèles successifs de l’atome

Les modèles successifs de l’atome

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Joseph J. Thomson, découvreur de l'électron en 1897, imagina l'atome en 1904 comme une sorte de gelée positive dans laquelle circulaient, parfois en anneaux, des électrons négatifs dont les interactions assuraient la stabilité de l'ensemble (modèle dit du plum-pudding). N'ayant pas de valeur explicative pour les spectres d'émission des atomes, le modèle est abandonné, en particulier après l'expérience de Rutherford de 1909 qui montre l'existence d'un noyau de l'atome dense. La circulation saturnienne des électrons autour du noyau proposée par Nagaoka est abandonnée car instable, mais reprise par Rutherford. L'atome de Rutherford reste instable, l'électron ne pouvant pas circuler sur une seule orbite sans être attiré par le noyau. Ce modèle est remplacé par le modèle de Bohr, lui-même transformé en 1925 en modèle quantique par l'introduction de la fonction d'onde d'un électron circulant sur un niveau quantique, définissant l'aire dans laquelle il peut se trouver.