Plasticité du cortex somesthésique

Plasticité du cortex somesthésique

Crédits : Encyclopædia Universalis France

La partie haute de la figure (a) illustre l'augmentation de la surface dévolue aux sensations somesthésiques dans le cas d'une stimulation répétée d'une patte de singe. La région en bleu sur la patte se projette sur la zone2 (en bleu) du cortex. Après des stimulations répétées de la même zone, la surface de projection corticale augmente de manière considérable, ce qui indique le recrutement auparavant dévolu à d'autres fonctions. La partie basse de la figure (b) illustre l'évolution des champs récepteurs des doigts au cours d'une expérience de fusion chirurgicale des doigts 3 et 4 et après leur séparation. Les doigts ont été joints pendant sept mois avant l'établissement de la carte corticale. Tous les points en bleu sur les doigts ont leur site de projection dans la zone 3. Les points noirs correspondent à la projection des zones adjacentes des doigts 2 et 3, tandis que les points noirs sur la droite de la zone répondent indifféremment à la stimulation des doigts 3 et 4. À la fin de l'expérience, on sépare les doigts. La cartographie fait apparaître deux zones (étoiles) correspondant aux zones fusionnées antérieurement et maintenant séparées. (D'après M. M. Merzenich, G. Recanzone, W. Jenkins, T. Allard & R. Nudo, « Cortical Representational Plasticity », in P. Rakic & W. Singer dir., Neurobiology of Neocortex, Wiley, New York, 1988)