Schéma d’une ultracentrifugeuse analytique

Schéma d’une ultracentrifugeuse analytique

Crédits : Encyclopædia Universalis France

À partir du modèle initial de Svedberg en 1928, on a dérivé des ultracentrifugeuses avec une accélération de plusieurs centaines de milliers de fois l'accélération terrestre. Certaines de ces machines dites « analytiques » ont un rotor suspendu par son axe et – du moins pour la plupart – mis en rotation par un jet d'air comprimé. Il permet de déterminer la vitesse de sédimentation d'une substance sous l'effet de l'accélération. L'échantillon, par exemple une solution concentrée de protéines, est placé dans une cellule transparente équipée de fenêtres de saphir. On suit la migration de la protéine par la mesure de l'indice de réfraction de la solution. L'image est enregistrée et sert à calculer la vitesse de sédimentation et secondairement le poids moléculaire.