Particules fines et voies respiratoires

Particules fines et voies respiratoires

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Ce schéma montre la pénétration et les zones de dépôt des particules atmosphériques dans l'appareil respiratoire. Plus les particules sont petites, plus elles s'infiltrent dans les voies respiratoires et, donc, plus elles sont potentiellement nocives pour la santé. Les PM10, c'est-à-dire les particules inférieures à 10 micromètres (µm), représentent l'ensemble des particules pouvant pénétrer plus ou moins profondément dans les voies respiratoires. Parmi elles, les PM2,5 (taille inférieure à 2,5 µm), peuvent venir se loger dans les ramifications les plus profondes des voies respiratoires. Les particules les plus fines (PM1, taille inférieure à 1 µm) peuvent même atteindre les alvéoles et passer la barrière pulmonaire pour se retrouver dans le système sanguin. Du fait de leur impact sanitaire, PM10 et PM2,5 font l'objet d'une réglementation spécifique qui impose leur surveillance et fixe des normes de qualité de l'air à respecter.