Contournement de la résistance variétale chez une espèce cultivée

Contournement de la résistance variétale chez une espèce cultivée

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Le phénomène du contournement de la résistance variétale se traduit par le passage de la plante de l'état de résistance (pas de maladie) à l'état de sensibilité (maladie). Pour de nombreuses maladies, l'état de résistance ou de sensibilité est déterminé par une interaction de type clé-serrure, dite «gène-pour-gène». La résistance variétale (en haut à gauche) implique la reconnaissance entre le produit R, exprimé par le gène de résistance R de la plante, et le produit AVR du gène d'avirulence AVR de l'agent pathogène. L'absence de l'un des deux gènes (comme en haut et à droite où la plante ne possède pas le gène de résistance R mais le gène r) voire des deux (comme en bas à droite, où, en plus, le parasite est dépourvu du gène d'avirulence), et donc de l'un des produits (R ou AVR), voire des deux, empêche la reconnaissance de l'agent pathogène par la plante et la mise en place de réaction de défense: la plante est malade. La mutation chez l'agent pathogène du gène d'avirulence AVR en gène de virulence avr (en bas à gauche) supprime la production du produit AVR: même pourvue du gène de résistance R, la plante ne reconnaît plus l'agent pathogène et devient sensible. Ce changement d'état (flèche bleue) s'appelle «contournement de résistance».