Galle bactérienne : nodules symbiotiques dus à Rhizobium

Galle bactérienne : nodules symbiotiques dus à <it>Rhizobium</it>

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Schémas de la formation de la galle de Rhizobium sur la racine de pois. Les bactéries Rhizobium présentes dans le sol, au voisinage d'un poil absorbant de la racine d'une plante (en a), vont pénétrer dans la cellule pilifère (en b). Le poil dégénère et un cordon infectieux s'édifie (en c). Ce dernier est constitué par les bactéries et des polysaccharides bactériens qu'entourent une paroi cellulosique et une membrane plasmique d'origine végétale. Le cordon peut traverser des cellules sans les infecter (en d) et peut, dans d'autres, s'interrompre et y libérer les bactéries (en e). Dans les cellules colonisées, les bactéries se transforment en bactéroïdes qui fixent l'azote atmosphérique en ammoniaque. Les bactéroïdes sont localisés dans des vésicules limitées par une membrane plasmique et appelées symbiosomes. Une coupe transversale (en f) dans une racine portant un nodule montre la zone de symbiose constituée par les cellules colonisées.