Horloges biologiques. Rythmes circadiens d'activité des cellules « d'horloge »

Horloges biologiques. Rythmes circadiens d'activité des cellules « d'horloge »

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Des cellules d'horloge isolées en culture in vitro manifestent toujours une rythmicité circadienne. En a, sécrétion rythmique de mélatonine par des cellules dispersées de glande pinéale de poulet. La barre sous la courbe schématise le cycle lumineux : les cultures ont été exposées à un cycle lumineux de 12 heures de lumière, 12 heures d'obscurité, puis à l'obscurité constante pendant 4 jours (d'après Robertson et Takahashi, in « Journal of Neurosciences », vol. 8, p. 12, 1988). En b, les variations circadiennes de la fréquence des décharges spontanées d'un neurone isolé des noyaux suprachiasmatiques de l'hypothalamus de souris se maintiennent pendant 9 jours in vitro (d'après Liu et Reppert, in « Neuron », vol. 25, p. 123, 2000).