Colorimétrie : le système CMC

Colorimétrie : le système CMC

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Défini en 1988, le système CMC utilise l'espace CIELAB en perfectionnant l'évaluation des différences de couleur. En a, vue générale en coupe des ellipsoïdes de tolérance CMC dans un plan de chromaticité du CIELAB. Les sphères de tolérances de l'espace CIELAB sont ainsi remplacées par des ellipsoïdes de révolution dont les axes correspondent aux trois attributs des couleurs : teinte, saturation, clarté ou luminosité. Comme la tolérance visuelle est plus grande en luminosité qu'en chromaticité, les ellipsoïdes présentent leur plus grand axe parallèlement à l'axe des luminosités (qui est perpendiculaire à la figure a et représente l'axe vertical sur la figure b). Le système affecte à ces trois axes des coefficients variables selon les zones de couleurs et les applications. Par exemple, les ellipsoïdes sont plus étroits et plus allongés verticalement dans la zone des oranges, alors qu'ils sont plus larges et plus ronds dans la zone des verts. En b, sections chromatiques en coupe d'un ellipsoïde. Les tolérances en teinte et en saturation deviennent plus faibles lorsque la clarté augmente ou diminue (d'après document X-Rite).