Refinancement des banques

Refinancement des banques

Crédits : Encyclopædia Universalis France

La figure illustre le fonctionnement du marché monétaire. La quantité de refinancement demandée par le système bancaire dépend positivement des crédits accordés (et demandés, donc de l'activité) et négativement du taux d'intérêt du refinancement (irf) sur le marché interbancaire. L'offre de refinancement dépend positivement de ce taux d'intérêt. Lorsque la demande de refinancement augmente (à la suite d'un accroissement de la demande de crédit des particuliers), par exemple, la banque centrale peut cibler une quantité de refinancement inchangée (&rmacr;fmacr;) et laisser s'accroître le taux d'intérêt (de A à B). Dans ce cas, la base monétaire sera exogène, et les banques seront contraintes d'offrir des crédits proportionnels (mécanisme du multiplicateur de monnaie). Elle peut, au contraire, cibler un taux d'intérêt inchangé (i), ce qui l'oblige à satisfaire toute la demande de refinancement des banques (de A à C). Dans ce cas, les banques créent la monnaie qu'elles souhaitent et la base monétaire s'ajuste en conséquence (mécanisme du diviseur de crédit) : la quantité de monnaie existant dans l'économie devient endogène, elle résulte de la demande de crédit des particuliers.