Triangle d'incompatibilité

Triangle d'incompatibilité

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Le théorème de «.l'impossible trinité.», issu des travaux de Gottfried Haberler (1937), Robert Mundell, (1952) et de l'économiste italien Tommaso Padoa-Schioppa (1987), peut être illustré par un triangle équilatéral dont les trois côtés représentent trois objectifs, respectivement l'autonomie de la politique monétaire, la stabilité du taux de change, l'intégration financière. Les trois sommets correspondent, A à l'autarcie financière (pas de mouvements internationaux de capitaux), B au flottement «.pur.» (sans interventions des banques centrales), C à l'arrimage rigide du taux de change (changes fixes et «.super-fixes.»). Cette représentation symbolise l'impossible réalisation simultanée des trois objectifs ; par contre, si l'un est abandonné, les deux autres deviennent réalisables. Par ailleurs, si l'on se situe vers le sommet A (faible mobilité des capitaux), on peut prétendre à la fois à une politique monétaire autonome et à la stabilité des taux de change. Si, par contre, on est proche de la base du triangle (forte intégration financière), les autorités ne peuvent réaliser simultanément les deux objectifs précédents. À proximité du coin gauche (B), c'est le flottement qui permet d'avoir à la fois l'autonomie de la politique monétaire et la stabilité des changes ; par contre, à proximité du coin droit (proche de C), c'est l'arrimage rigide (changes fixes, caisse d'émission, dollarisation) qui permet de concilier intégration financière et stabilité du change.