1962 à 1989. De la guerre froide à la détente

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Néo-colonialisme. Choc pétrolier. Coexistence pacifique.


Au lendemain de la crise des missiles de Cuba, qui a fait surgir le spectre d'une troisième guerre mondiale, la "détente" est à l'ordre du jour des relations Est-Ouest.

Mais de nombreux conflits périphériques persistent. Au Vietnam, les États-Unis s'engagent massivement. Ils échouent cependant à contenir l'expansion du communisme dans ce pays.
Au Moyen-Orient, la guerre du Liban puis le conflit entre l'Iran et l'Irak viennent s'ajouter aux multiples avatars du conflit israëlo-arabe pour déstabiliser durablement l'ensemble de la région.

Cependant, chacun des deux "blocs" semble essentiellement occupé à combattre les fissures qui le travaillent. Ainsi, à l'Ouest, les États-Unis interviennent dans leur arrière-cour centraméricaine et caribéenne, au Nicaragua et à la Grenade.
Y répondent, à l'Est, les interventions soviétiques à Prague, et surtout en Afghanistan qui apparaît comme le dernier théâtre de l'expansionnisme de l'Union Soviétique, avant que celle-ci ne soit ébranlée par la politique de perestroïka entreprise par Mikhaïl Gorbatchev.

Soucieux d'affirmer son identité face aux deux Grands, le Vieux Continent continue quant à lui sur la voie de l'intégration, en accueillant six nouveaux membres au sein de la C.E.E. entre 1973 et 1986.