1945 à 1962. La décolonisation

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Le monde de Yalta. O.N.U. Indépendance des anciennes colonies. Guerre froide.


L'union des Alliés ne survit pas au retour à la paix, malgré le nouvel ordre international que tente de promouvoir l'O.N.U.
Dès 1947, le monde se scinde en deux blocs antagonistes : d'un côté le camp occidental, dominé par les États-Unis qui contrôlent l'Organisation du Traité de l'Atlantique nord ; de l'autre, l'U.R.S.S. et ses pays satellites d'Europe de l'Est, que rejoignent bientôt la Chine populaire et Cuba. C'est le temps de la guerre froide.

L'Allemagne est désormais divisée.
Et l'Europe, qui constitue un enjeu majeur de l'affrontement entre les deux Grands, est le théâtre de tensions multiples qui culminent avec la construction du Mur de Berlin en 1961.
Réduits au rang de puissances secondaires, les États d'Europe occidentale remettent au goût du jour l'idée d'une union continentale ; en 1957, six d'entre eux jettent avec le traité de Rome les bases d'une intégration économique européenne, d'autant plus nécessaire que vacillent les fondements de leurs empires coloniaux.

La décolonisation débute en effet dès le lendemain de la guerre, tout d'abord en Asie, pour se propager ensuite au Maghreb et au reste de l'Afrique dont une grande partie a obtenu son indépendance en 1962.
Dès 1947, l'Angleterre a abandonné son mandat sur la Palestine où est créé l'État d'Israël, qui est confronté dès sa proclamation à l'hostilité de ses voisins arabes : le Moyen-Orient devient alors une zone de tensions endémiques.