Tenochtitlán

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Cité lacustre bâtie à partir d'une île, la capitale des Aztèques était reliée aux rives du lac de Texcoco par plusieurs chaussées surélevées. Mais une grande partie des déplacements s'effectuaient en pirogue. Le plan de la ville obéissait à une structure en damier. Les rues y étaient larges, les maisons possédaient un étage et une terrasse fleurie. D'immenses places servaient aux marchés et aux grands rassemblements festifs.

Le cœur de la ville était occupé par un vaste complexe cérémoniel délimité par une enceinte. Sur son axe est-ouest se dressaient les temples jumeaux de Huitzilopochtli et de Tlaloc, puis le temple rond de Quetzalcóatl, enfin le stade consacré au jeu de pelote. Au sud de ces deux édifices s'élevait le tzompantli. Il s'agissait d'un râtelier où étaient enfilés sur des pieux les crânes des victimes sacrifiées.

Le Templo Mayor dominait toute la ville. Cette double pyramide associait le culte du dieu du Soleil et de la Guerre à celui du dieu de la Pluie, Tlaloc. Les fouilles archéologiques ont révélé plusieurs remaniements du monument depuis sa fondation au XIVe siècle, correspondant chacun au règne d'un empereur. La première structure du temple montrait déjà cette double consécration, caractéristique du syncrétisme aztèque.

Ce Grand Temple était le centre de la vie cultuelle à Tenochtitlán. C'est au sommet de ses marches qu'avaient lieu les plus importantes cérémonies de sacrifices humains, destinées à assouvir la soif de sang du dieu solaire.