L'art de la guerre chez les Vikings

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Grâce à l'archéologie funéraire, l'armement des Vikings est assez bien connu. Les armes offensives étaient la lance et le javelot, l'arc et les flèches, la hache de combat à large lame ainsi que l'épée.
La lance et le javelot sont de facture très classique : un fer allongé en forme de losange fixé sur une hampe plus ou moins longue. Ils sont utilisés comme arme de jet ou d'estoc.
De même, la hache, en général à un seul tranchant et de taille très variable, peut être utilisée pour le combat en corps à corps ou être lancée.
L'arme la plus usitée reste cependant l'épée longue à double tranchant. Les Vikings savaient s'en procurer des exemplaires fabriqués dans le monde carolingien et réputés de meilleure qualité, malgré l'interdiction édictée par Charlemagne de les exporter.

Tout comme les guerriers carolingiens, les Vikings se protégeaient à l'aide d'un grand bouclier rond en bois recouvert de cuir, renforcé par des ferrures et un umbo, une pièce centrale métallique déjà présente sur les boucliers gaulois. Il protégeait le guerrier du cou jusqu'aux genoux. Son aspect évolua plus tard vers la forme en amande, représentée sur la célèbre tapisserie de Bayeux.
Les Vikings étaient coiffés d'un casque rond ou conique avec protection nasale.
Enfin, les guerriers portaient une cotte de mailles d'anneaux de métal entrelacés qui remplace progressivement les cuirasses de laine et de cuir.

Combattant surtout à pied, les guerriers vikings ne dédaignaient pas recourir à l'usage du cheval. Ils montaient des poneys très endurants et résistants au froid, alors répandus en Europe du Nord.
L'armement des Vikings est donc tout à fait commun et banal pour l'époque, et leur seul réel atout technique était le navire.