La révolution copernicienne

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Au début du XVIe siècle, Copernic, le premier, conçoit l'hypothèse héliocentrique pour remplacer le système géocentrique hérité d'Aristote et de Ptolémée. Le Soleil est substitué à la Terre au centre du cosmos, sans que le mouvement parfaitement circulaire des planètes et des étoiles soit encore remis en cause.
L'hypothèse de Copernic est confirmée seulement un siècle plus tard par Galilée, à partir de 1610, grâce aux observations qu'il effectue au moyen de lunettes astronomiques qu'il a lui-même fabriquées. Il découvre les quatre principaux satellites de Jupiter, l'existence d'un relief lunaire et, surtout, les phases de Vénus, qui révèlent une rotation de cette planète autour du Soleil.
Peu après, Johannes Kepler définit, en 1619, les lois géométriques et mathématiques qui gouvernent le mouvement elliptique des planètes autour de l'astre solaire.
Enfin, c'est à Newton qu'il revient, en 1687, d'établir la théorie de la gravitation universelle.
En moins de deux siècles, la vision que l'homme occidental se faisait du monde se trouvait complètement bouleversée par l'union des sciences astronomique, mathématique et physique.