Évolution architecturale des pyramides

Crédits : Encyclopædia Universalis France

La forme pyramidale obéit à une symbolique solaire. La pyramide à degrés du roi Djéser, qui connaît deux versions à partir du mastaba primitif, figure l'escalier qui permet à l'âme du pharaon de rejoindre son père le Soleil.
Atypique, la forme « rhomboïdale » de la pyramide de Dahchour est le fruit d'une erreur d'exécution. Le volume triangulaire consacré par la tradition funéraire propose une vision épurée d'un mont artificiel pointant son pyramidion recouvert d'or vers le ciel.
Les états successifs de la pyramide de Méïdoum, commencée par le dernier roi de la IIIe dynastie, Houni, et achevée par son fils, Snéfrou, fondateur de la IVe dynastie, marquent le passage d'une structure à degrés à cette forme rectiligne symbolisant la pétrification des rayons solaires en faisceau.
La nécropole de Guizeh, qui renfermait dans ses trois principales pyramides les momies des rois Khéops, Khéphren et Mykérinos, représente l'aboutissement technique et esthétique de ces monuments du culte funéraire royal.