Retour à l'article

Médias de l'article :

CODEX MAYAS


Affichage 

Codex de Dresde

photographie : Codex de Dresde

photographie

On estime que le codex de Dresde provient de la cité maya de Chichén-Itzá. La divination et l'astronomie en constituent les parties principales, avec un catalogue des fêtes rituelles et des divinités qui y président. Bibliothèque nationale et universitaire de Saxe. 

Crédits : Universal History Archive/ Universal Images Group/ Getty Images

Afficher

Codex de Paris

photographie : Codex de Paris

photographie

À la différence de celui de Dresde, le codex de Paris est peint de nombreuses couleurs différentes. Ce codex maya traite essentiellement des rituels religieux et possède également une fonction divinatoire. Bibliothèque nationale de France, Paris. 

Crédits : BnF, Département des Manuscrits. Mexicain 386

Afficher

Codex de Madrid

photographie : Codex de Madrid

photographie

Le codex de Madrid proviendrait de Campeche ou de Tulum, comme celui de Paris. Si ce codex maya se structure autour des cérémonies de l'année nouvelle, il fait aussi mention de rituels agraires et de scènes de chasse. Museo de América, Madrid. 

Crédits : Universal Images Group/ AKG-Images

Afficher

Codex Grolier

photographie : Codex Grolier

photographie

Le codex Grolier, rebaptisé Códice Maya de México, montre des héros ou des dieux associés au cycle de la planète Vénus, souvent en train de tenir un prisonnier. Son style simplifié le rend très différent des autres codex mayas connus. Musée national d'anthropologie de Mexico. 

Crédits : INAH/ AP/ SIPA

Afficher

Codex de Dresde

Codex de Dresde
Crédits : Universal History Archive/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Codex de Paris

Codex de Paris
Crédits : BnF, Département des Manuscrits. Mexicain 386

photographie

Codex de Madrid

Codex de Madrid
Crédits : Universal Images Group/ AKG-Images

photographie

Codex Grolier

Codex Grolier
Crédits : INAH/ AP/ SIPA

photographie