• Mes Favoris
  • 9-12 juin 1994Union européenne. Élections européennes

     

    Le 9, les électeurs du Royaume-Uni, de la République d'Irlande, des Pays-Bas et du Danemark désignent leurs députés européens. – Royaume-Uni, 87 sièges (+ 6 par rapport à 1989). Le scrutin européen est l'occasion d'un vote-sanction contre le Parti conservateur du Premier ministre John Major qui n'obtient que 27 p. 100 des suffrages et 18 élus (— 14). Grand vainqueur, le Parti travailliste remporte 43 p. 100 des voix et 62 sièges (+ 17). Le Parti libéral-démocrate recueille 16,2 p. 100 des suffrages et entre au Parlement européen avec 2 députés, tout comme les nationalistes écossais. En Irlande du Nord, les deux partis unionistes (protestants) obtiennent chacun 1 siège, de même que les catholiques modérés, comme en 1989.

    – République d'Irlande, 15 sièges. La coalition au pouvoir à Dublin conserve ses positions : les nationalistes du Fianna Fail remportent 35 p. 100 des suffrages et 7 sièges (+ 1) ; avec 11 p. 100 des voix, les travaillistes conservent leur siège. Le parti de centre droit du Fine Gael conserve également ses 4 députés, avec 24,3 p. 100 des suffrages. La surprise provient de l'entrée au Parlement européen des Verts qui obtiennent 2 élus avec 7,9 p. 100 des voix.

    – Pays-Bas, 31 sièges (+ 6). Les deux partis de la coalition sortante conservent leurs élus : 10 pour les chrétiens-démocrates avec 30,8 p. 100 des suffrages, et 8 pour le Parti du travail avec 22,9 p. 100 des voix. Les libéraux du V.V.D. et les réformateurs du D' 66 progressent avec respectivement 17,9 p. 100 des suffrages et 6 sièges (+ 3), et 11,7 p. 100 des voix et 4 élus (+ 3).

    – Danemark, 16 sièges. Rassemblant 25,5 p. 100 des suffrages au total, les opposants à l'Union européenne gagnent près de 7 points par rapport à 1989 et conservent leurs 4 sièges répartis en deux formations. Les sociaux-démocrates, qui dirigent la coalition au pouvoir, obtiennent 3 élus (— 1), avec 15,8 p. 100 des voix. Le scrutin profite à la droite : les libéraux pro-européens remportent 18,9 p. 100 des suffrages et 4 sièges (+ 1), et les conservateurs, européens plus modérés, obtiennent 17,7 p. 100 des voix et 3 sièges (+ 1).

    Le 12, les électeurs des autres États membres de l'Union votent à leur tour.

    – Allemagne, 99 sièges (+ 18). La majorité C.D.U.-C.S.U. du chancelier Helmut Kohl remporte un franc succès avec 38,8 p. 100 des suffrages et 47 sièges (+ 15). Avec 32,2 p. 100 des voix et 40 élus (+ 9), les sociaux-démocrates subissent un échec. Les Verts se maintiennent avec 10,1 p. 100 des suffrages et 12 députés (+ 4). Les Républicains (extrême droite) et les libéraux du F.P.D. ne sont plus représentés au Parlement européen.

    – Belgique, 25 sièges (+ 1). La coalition sociale-démocrate au pouvoir est en recul au profit des libéraux et de l'extrême droite. Les sociaux-chrétiens flamands du Premier ministre Jean-Luc Dehaene obtiennent 27,4 p. 100 des suffrages et 4 sièges (— 1), et leurs alliés socialistes wallons 30,5 p. 100 des voix et 3 élus (— 2). Le Vlaams Blok flamand remporte 12,6 p. 100 des suffrages et 2 sièges (+ 1) et le Front national wallon 7,9 p. 100 des voix et 1 siège. Les libéraux flamands et wallons passent tous deux de 2 à 3 sièges, avec respectivement 18,4 p. 100 et 24,2 p. 100 des voix.

    – Espagne, 64 sièges (+ 4). Le Parti socialiste du Premier ministre Felipe González n'obtient que 30,6 p. 100 des suffrages et 22 sièges (— 5) contre 40,2 p. 100 des voix et 28 députés (+ 13) pour le Parti populaire. La Gauche unie, coalition dominée par les communistes, progresse avec 13,4 p. 100 des suffrages et 9 sièges (+ 5). Avec 4,6 p. 100 des voix et 3 députés, les nationalistes catalans gagnent 1 siège. Le Centre démocratique et social perd ses 5 élus.

    – Grèce, 25 sièges (+ 1). Les socialistes au pouvoir maintiennent leur position de premier parti du pays avec 37,64 p. 100 des suffrages et 10 sièges (+ 1). Avec 32,66 p. 100 des voix et 9 députés (— 1), les conservateurs sont en recul. L'audience des deux grands partis subit une érosion par rapport aux législatives d'octobre 1993. Les nationalistes du Printemps politique font leur entrée au Parlement européen avec 8,65 p. 100 des suffrages et 2 élus. Avec respectivement 6,29 p. 100 et 6,25 p. 100 des voix, les communistes et la coalition de gauche conservent au total 4 élus.

    – Italie, 87 sièges (+ 6). Forza Italia, le parti du président du Conseil Silvio Berlusconi, confirme son récent succès aux législatives en remportant 30,6 p. 100 des suffrages et 27 sièges. Autres formations de la coalition au pouvoir, l'Alliance nationale (droite) obtient 12,5 p. 100 des voix et 11 élus (+ 6), et la Ligue du Nord 6,6 p. 100 des voix et 6 députés (+ 4). Le Parti démocratique de la gauche (ex-communiste) obtient 16 sièges avec 19,6 p. 100 des suffrages, et les communistes orthodoxes 6,1 p. 100 des voix et 5 sièges (le P.C.I. avait obtenu 22 sièges en 1989). Le Parti populaire italien (ex-Démocratie chrétienne) obtient 10 p. 100 des voix et 9 sièges auxquels il faut ajouter les 3,3 p. 100 d'audience et les 3 députés du Pacte pour l'Italie de Mario Segni (la D.C. avait obtenu 27 sièges en 1989). Avec 1,8 p. 100 des suffrages, les socialistes passent de 12 à 2 députés.

    – Luxembourg, 6 sièges. La coalition au pouvoir des chrétiens-sociaux et des socialistes, qui obtiennent chacun 2 élus, maintient son audience. Les premiers perdent toutefois 1 siège au profit des Verts qui entrent au Parlement européen. Les libéraux conservent leur siège.

    – Portugal, 25 sièges (+ 1). Avec 34,7 p. 100 des suffrages et 9 élus (+ 1), les socialistes l'emportent de peu sur les sociaux-démocrates (libéraux) au pouvoir qui recueillent 34,3 p. 100 des voix et conservent leurs 9 députés. Les chrétiens de droite obtiennent 12,4 p. 100 des voix et conservent leurs 3 élus. La coalition des communistes et des Verts recueille 11,22 p. 100 des suffrages et obtient 3 sièges (— 1). Ces résultats marquent, globalement, une légère progression des droites au Parlement européen. Les dérives nationalistes et anticommunautaires apparaissent très limitées.

    —  Universalis



    Tous les événements concernant :

    Tous les événements :

    Pour citer l’article

    «  9-12 juin 1994 - Union européenne. Élections européennes », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/evenement/9-12-juin-1994-elections-europeennes/