7-10 décembre 1987France. Expulsion d'opposants iraniens vers le Gabon

 

Le 7, plusieurs opposants iraniens au régime de Téhéran sont interpellés afin d'être expulsés. Le mouvement des Moudjahidins du peuple dénonce immédiatement cette « rançon » payée à l'Iran et indique par ailleurs que onze des vingt-six personnes menacées d'expulsion bénéficient en France du statut de réfugié politique.

Le 8, quinze des personnes interpellées, dont trois Turcs d'origine kurde, sont expulsées vers le Gabon.

Le 9, François Mitterrand demande, au cours du Conseil des ministres, des ministres, des « précisions » sur ces mesures d'expulsion au ministre de l'Intérieur Charles Pasqua. Claude Malhuret, secrétaire d'État aux Droits de l'homme, exprime le lendemain son désaccord avec Charles Pasqua.

Le 10, la France indique, en réponse à la demande de précisions adressée le 8 par le Haut Commissariat aux réfugiés (H.C.R.) de l'O.N.U., que les expulsions ont été effectuées sous la procédure d'urgence absolue, pour des « raisons impérieuses de sécurité nationale », les personnes concernées représentant « une menace grave pour l'ordre public ». Plusieurs pays occidentaux condamnent les mesures d'expulsion prises par la France, tandis que certains expulsés, à Libreville, ainsi que plusieurs de leurs proches, à Paris, entament une grève de la faim.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  7-10 décembre 1987 - France. Expulsion d'opposants iraniens vers le Gabon », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2021. URL : http://www.universalis.fr/evenement/7-10-decembre-1987-expulsion-d-opposants-iraniens-vers-le-gabon/