6-27 février 1999Éthiopie – Érythrée. Reconquête par Addis-Abeba des territoires occupés par Asmara

 

Le 6, les bombardements et les combats reprennent entre les deux pays, qui se sont déjà affrontés, en mai et juin 1998, pour la possession de territoires frontaliers, notamment dans la région de Badme. Cette escalade est le fait de l'Éthiopie qui viole le moratoire conclu en 1998 sur l'usage de l'aviation.

Le 14, les affrontements s'étendent à la frontière proche du port érythréen d'Assab, une région qui ne fait l'objet d'aucune contestation territoriale.

Le 23, l'Éthiopie lance une vaste offensive terrestre appuyée par des bombardement aériens et des tirs d'artillerie dans la région de Badme.

Le 27, cette zone occupée par l'Érythrée en 1998 est reconquise par les forces éthiopiennes au terme de combats meurtriers. Reconnaissant sa défaite, Asmara accepte le plan de paix de l'Organisation de l'unité africaine présenté en novembre 1998 et accepté immédiatement par Addis-Abeba. Celui-ci prévoit le rétablissement de l'administration éthiopienne dans la région, le déploiement d'une force de paix sur la frontière, la démilitarisation de la région contestée et la délimitation de la frontière des deux pays, sous l'égide de l'O.N.U., dans un délai de six mois.

Réfugiés éthiopiens, février 1999

photographie : Réfugiés éthiopiens, février 1999

photographie

Civils éthiopiens réfugiés près de Tsorona, ville érythréenne située près du poste frontalier de Zalambessa, après la reprise des combats entre l'Érythrée et l'Éthiopie. Point stratégique pour le contrôle de l'accès à la capitale Asmara, le front de Tsorona a été bombardé, le 17... 

Crédits : PA Photos

Afficher

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  6-27 février 1999 - Éthiopie – Érythrée. Reconquête par Addis-Abeba des territoires occupés par Asmara », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 avril 2021. URL : http://www.universalis.fr/evenement/6-27-fevrier-1999-ethiopie-erythree-reconquete-par-addis-abeba-des-territoires-occupes-par-asmara/